Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 16:48

On dit familièrement : “vaut mieux entendre ça que d'être sourd”. Moi, je me demande. Quand j'entends Franz-Olivier Gisbert (FOG) … c'est à croire qu'il a fumé un pétard. Faut dire que

smoke + fog = smog

(mélange polluant, néfaste pour la santé et pour l'environnement, qui limite la visibilité). Et c'est exactement ce qu'on a eu en guise de conclusion à l'émission “des paroles et des actes” spéciale présidentielles 2012.

Il nous a sorti des trucs incroyables : “des candidats, il y en eu de très folkloriques”, “on a perdu beaucoup de temps”, “on s'est emmerdé à certains moments ; on baillait”, “il y a vraiment des candidats qu'on aurait pu nous épargner”...

Mais il ne s'arrête pas là : “Nathalie Arthaud, très impressionnant, ça fait froid dans le dos quand on pense qu'elle est prof d'Economie, que nos enfants apprennent l'Economie avec elle” ... “c'est les bronzés font de l'Economie”.

“Eva Joly une erreur de casting, on comprend rien de ce qu'elle dit, d'ailleurs tout le monde s'en fout”.

“Dupont-Aignan, mini gauliste, tout petit petit, gauliste de poche … fini à coup de gourdin par François Lenglet”.

“Mélenchon : y a un problème, c'est son programme économique complètement dingue”.

J'en passe.

Bon. Il a le droit d'avoir ses opinions, son point de vue, ses préférences, tout ça. Mais, il faut dire qu'il est grassement payé pour nous baver tout ça devant le poste en cherchant à influencer les plus hésitants d'entre nous, en créant, pour le coup, les conditions de la pensée unique, pensée qui se résumerait, selon FOG, par : “Il n'y a que 2 candidats, le reste ce ne sont que des pantins. Et parmi les 2, le président sortant était bon”.

Quelque part, ça me rappelle le referendum de 2004 sur la constitution européenne, où tout plein de gens bien-pensants et bien-s'exprimants venaient nous décliner sur tous les tons qu'il fallait voter “oui”, et que “non” serait une catastrophe, un séisme, un tsunami, etc.

 

Nonobstant tous ces déversements FOG-eux, je voudrais ici donner mon point de vue, qui dévie légèrement du sien.

C'est parce que je suis outré de constater que les vrais problèmes, les vraies questions posées par des candidats comme Arthaud, Poutou ou Mélenchon, sont balayées d'un revers de la main et vite oubliées pour qu'on parle de choses “sérieuses”. Notamment celles consistant à se demander avec qui tel ou tel devra se rallier pour passer le second tour.

Mon point de vue est que les seules vérités qui ont été dites sont venues de ces candidats qu'on a traités de pantins. Les autres n'ont fait que gesticuler.

Et pourtant, ils n'avaient pas la tâche facile. Nathalie Arthaud a eu droit à sa pique de la part de Namias à propos des camps de concentration (elle avait critiqué Israel en disant que Gaza était un camp de concentration à ciel ouvert). Mais elle s'est très bien défendue. Bon, au passage elle a dit à Namias qu'il manquait de culture (il avait qu'à pas la chercher). En tout cas, elle a estimé qu'il ne fallait pas confondre camp de concentration, camp de travail et camp d'extermination ; des camps de concentration, il y en a eu en France en son temps.

Des piques, il y en eu aussi pour Mélenchon. J'en ai dénombré 2 relativement basses de la part de Pujadas :

1/ Mélenchon, qui représente aussi le PC, devait s'expliquer sur des propos de Georges Marchais sur l'immigration ; on sent qu'il s'était bien préparé et qu'il n'est pas tombé dans le piège (politique politicienne, je ne m'attarderai pas là-dessus)

2/ l'année dernière, grâce au film “les intouchables”, Omar Sy a gagné plus de 2 millions : Omar, personnage charismatique, sympathique, adulé … peut-on imaginer de lui sucrer 1,7 millions comme ça ?

Là, j'ai senti que ça fumait un peu dans la tête du leader FDG après qu'il ait eu expliqué que 30 000€ par mois, c'est déjà beaucoup, il a dû recourir à un mini-joker : peut être qu'on pourrait trouver le moyen d'un abattement …

En tout cas, dans l'ensemble, il s'en est très bien tiré, lui aussi.

 

Mais je dois dire que c'est Philippe Poutou qui m'a le plus plu. D'abord, il ne se présente pas pour être président car il est contre le fait que le pouvoir soit concentré entre les mains d'une élite. Et puis, il porte un message fort que personne de veut entendre parce que l'establishment constitué de la classe politique ainsi que des médias a les oreilles bouchées. Ce message est évident mais on l'ignore même quand il a été clamé haut et fort : “ce n'est pas l'homme qui doit se plier aux lois de l'Economie mais le contraire”.

Alors qui sont les pantins dans l'histoire ? Je vous laisse juger par vous-mêmes.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic - dans Arrêt sur image
commenter cet article

commentaires