Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 13:46

L’autre jour, à la radio, j’entends un truc du genre : « le FMI a injecté de l'argent aux banques qui ont été plombées par l'éclatement de la bulle immobilière ».
« injecter de l’argent » ?
« plombé par l’éclatement de la bulle immobilière » ?
Alors, en fait, ça se passe comme ça :
Les banques prêtent de l’argent avec l’exigence qu’on leur rembourse avec intérêt. Ça s’appelle des « créances ». Puis, elles « créent des produits » du style « hedge funds » (fonds de couverture) qu’elles mettent sur le marché de la bourse et qui représentent ces créances. Autrement dit, elles répartissent ce qui leur est dû entre les autres joueurs en bourse (les gros, pas les petits qui, eux, n’y ont pas le droit). Alors, tous, ils savent qu’à court terme ça va monter. On revend quand c’est un peu plus cher. Et comme ça monte, il se trouve toujours des acheteurs. Et, entre temps, on crée de nouveaux fonds pour couvrir les créances des créances des créances… On fait des bulles financières (en l’occurrence, immobilières).
Un comique allemand (si ! ça existe) nous explique les fonds de couverture comme suit :
Un cowboy va chez un farmer et lui achète un cheval pour $100. Ils se mettent d’accord sur une date où le cowboy viendra chercher son cheval après avoir réuni la somme nécessaire et qu’il la lui ait viré. Le jour venu, le farmer dit qu’il y a un problème : le cheval est mort.
« no problem ! » dit le cowboy, « rendez-moi mon argent et l’affaire est oubliée ».
Mais, il y a un autre problème : le farmer n’a plus l’argent…
« no problem ! Donnez-moi mon cheval mort pour la même somme, j’en ferai mon affaire. »
Quelques semaines plus tard le cowboy explique au farmer :
J’ai créé une loterie avec 1000 billets que j’ai vendus à $10 chacun ; le gagnant emporterait un beau pur-sang.
« Mais le cheval, il est mort ! »
« En fait », dit le cowboy, « il n’y a qu’un gars qui s’est plaint (le gagnant), mais je lui ai remboursé son billet. »
 
Dans la réalité où nous vivons, ce n’est pas différent, sauf que les sommes dont il est question ne sont pas de l’ordre de $100 mais plutôt de mille ou un million de fois plus.
Alors, le FMI qui injecte de l’argent dans les banques, c’est encore un truc qui peut faire rire pour ne pas en pleurer. En fait, le FMI fabrique de l’argent pour le prêter aux banques avec obligation de rembourser avec intérêts. C’est comme quand l’Etat emprunte : la banque à laquelle il s’adresse va également créer l’argent demandé.
Arrivé à échéance, l’emprunteur rembourse. Et l’argent créé est détruit. Seulement les intérêts, c’est de l’argent en plus. Ça doit venir de quelque part. alors, soit ça vient de quelqu’un d’autre (du genre, c’est pas mon problème) soit on a dû faire un 2nd emprunt pour payer ces intérêts. Au final, de toute façon, il a fallu refaire un emprunt pour créer cet argent supplémentaire qui n’existait pas.
Alors on voit très clairement que ce jeu n’est qu’une machine à nous enfoncer dedans jusqu’au cou et même bien au-delà. Nos enfants, on peut les appeler : « génération endettement ».
 
La droite, quand elle nous parle de serrer la ceinture et qu’on vit au-dessus de nos moyens, etc., nous met simplement la pression pour faire passer tout ce qu’elle veut et nous faire saigner encore plus tout en nous donnant un sentiment de culpabilité.
La gauche ne fait que gesticuler et ne propose rien de mieux car elle sait que ce sont les industriels qui font la loi.
Et le seul qui ose dire quelque chose en ce moment, c’est Mélenchon. Mélenchon est le seul à jouer réellement le rôle de la gauche en disant qu’il faut taper du poing sur la table et dire fermement qu’on ne peut pas continuer comme ça.
Pour moi, Mélenchon, c’est celui qui va le plus loin parmi tous ceux qui ne vont pas assez loin.
Aller encore plus loin, c’est mettre en place un système (un ensemble de règles du jeu) tel qu’on n’a pas besoin de frapper du poing sur la table et qu’on n’ait pas besoin d’un Mélenchon pour nous protéger. Mais… en attendant l’avènement de ce jour idyllique, attardons-nous sur ce que nous propose Mélenchon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic - dans Prises de conscience
commenter cet article

commentaires