Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 15:48

Quand on se met à réfléchir, on commence toujours par faire des catégories. On crée des groupes et on observe quelles caractéristiques ces groupes ont et quelles relations il y a entre eux. On groupe les gens par leur couleur de peau, par exemple, et on dit “les blancs sont comme ci”, “les noirs sont comme ça”. Et puis, il se trouve toujours des grincheux pour dire “j'aime pas les comme-ci” ou “j'aime pas les comme-ça”. Ou alors, on les groupe selon leur rang social ou l'épaisseur de leur compte en banque.

Dans la société, on crée volontiers un autre groupe ; on subdivise les gens entre les “manuels” et les “cérébraux”. Toutes les nations ont intégré, d'une façon ou d'une autre, cette catégorisation : “si tu ne travailles pas bien, mon fils, tu iras bosser à l'usine”, et “si, dans la vie, tu ne veux pas te salir les mains, t'as intérêt à passer ton bac, puis faire un master” …

Moi, je vais tenter une autre catégorisation : les “acteurs”, d'un côté et les “observateurs”, de l'autre. On est tous plus ou moins acteurs : on vit notre vie ; donc on joue, on s'active, on se prend au jeu, on s'intéresse, on va à la montagne, au bois ou à la mer, on va au resto, au bistrot ou au pot ou aux putes … Et puis, quand on ne fait pas tout ça, c'est qu'on observe.

Observer, c'est, évidemment, contempler. Mais c'est aussi se poser la question : “pourquoi ?”. Pourquoi suis-je ici ? Pourquoi font-ils ça ?

Alors, il y a ceux qui ne se posent pas de questions (les acteurs purs ; je dirais même “acteurs potiches” ; ils font là où leur dit de faire et continuent à ne pas se poser de questions) et puis, les autres (les observateurs ou “acteurs avertis”).

Stéphane Hessel nous enjoint de nous indigner. Il veut dire par là : ne soyez pas des acteurs potiches ; posez-vous les questions. Pourquoi font-ils ça ? Dois-je vraiment l'accepter ? Etc.

Mais la grande majorité d'entre nous n'en est pas là. Les agissements outranciers des traders et la complicité des banquiers ont soulevé l'indignation du peuple avant-hier ; ils ont laissé passer la foudre hier ; et aujourd’hui, ils nous sourient à nouveau comme si de rien n'était. Et on joue leur jeu en bons acteurs potiches.

Alors, c'est sûr, chacun a ses bonnes raisons : le petit qui rentre à la grande école a besoin de nouvelles chaussures, d'un cartable et des fournitures ; la grande doit pouvoir payer sa résidence universitaire et ses sorties au ciné ; la voiture à réparer ; tout ça.

Le tout est de savoir jusqu'où on est capable d'accepter sans broncher.

Je sais pas vous, mais moi, je préfère moins jouer et plus observer. Et, partant de là, poser la question : “pourquoi ?”.

Cette question, croyez moi, est un grand pas vers une prise de conscience. La prise de conscience étant, elle-même, la base de la résistance face aux abus qu'on subit quotidiennement.

Alors, avec Stéphane Hessel, je vous dis : “indignez-vous !”. Et si vous ne savez pas comment, commencez par observer et demander : “pourquoi font-ils ça ?”.

Salut.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic - dans Prises de conscience
commenter cet article

commentaires