Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 16:08

Quand tu parles, tu véhicules des informations, des émotions et des sous-entendus. Il y a ce que tu dis et ce que tu fais ressentir. L'expression orale est très complexe et ce qui est dit n'est pas simplement la somme des mots que tu prononces.

Quelquefois, tes paroles ne portent quasi aucune vraie info, mais juste des sentiments. Ceux-ci peuvent être de la colère, de la haine, de la peur ou, au contraire, de la bienveillance, de l'empathie, de l'amour, etc.

Qu'en est-il des politiques ?

Distinguons tout d'abord 3 types de politiques : le préliminaire, le militant et le gestionnaire.

Le politique préliminaire est typiquement celui qui vient d'adhérer au parti. Il vibre aux idées de son parti et souhaite approfondir son idéologie. Il se place au niveau le plus pur (certains cyniques diraient “au niveau le plus ingénu” ou “niais”) ; ses propos véhiculent en majeure partie des informations et des idées ; il raisonne et tente de comprendre.

Puis vient la phase militante : il a compris et, à présent, il veut convaincre. Mais convaincre ne passe pas forcément par un débat d'idées, car son interlocuteur a aussi la même intention de convaincre, mais d'autre chose. Le militant ne démontrera pas que ses idées sont meilleures ; il tentera simplement de marquer des points sur son adversaire. D'ailleurs, les spectateurs n'écoutent pas les idées ; ils comptent les points. Autrement dit, je suis d'abord convaincu par “mon poulain” ; je suis d'abord de son côté … et ensuite, j'écoute ce qu'il dit. Et là, j'applaudis quand il dit ce que je veux entendre et essaie de ne pas entendre quand il dit le contraire. Et, vis-à-vis de son adversaire (qui est aussi mon adversaire), je hue quand il dit le contraire de ce que je veux entendre et essaie de ne pas entendre quand il énonce quelque chose que je pense aussi.

Dans ce combat, l'affect joue un très grand rôle. Et c'est comme ça qu'on agit tous.

Quand on dit qu'on vote, on ne fait pas un travail intellectuel ; on exprime simplement sa colère, sa haine ou, plus rarement, son amour. Et le candidat va jouer sur ce registre. Il va exciter notre colère, notre haine, notre peur … il va jouer avec nos sentiments afin de nous attirer à lui. Et puis, il va promettre des trucs. Des trucs qu'on a envie de voir se réaliser et puis d'autres qu'on n'écoutera pas.

Viendra alors le 3ème type de politique : notre candidat a été élu ; il est devenu un gestionnaire. Il doit gérer la réalité de sa nouvelle fonction. Et là, fatalement, il y a désenchantement. Il ne fait pas ce qu'il avait promis. Il ne peut pas le faire et il ne peut pas l'avouer non plus. Alors il fera diversion : il lancera des os à ronger ici et là. Il fera une montagne d'un fait divers ; il lancera des débats stériles sur des faits de société insolvables ; et, il prendra un air grave et solennel pour nous annoncer qu'on devra en chier encore un peu plus. Ses adversaires attaqueront frontalement et il contrattaquera, alors ils attaqueront de biais et il tentera d'esquiver et de contrer par derrière.

Et pendant ce temps, on continuera d'en chier.

Les autres nous diront qu'on n'avait qu'à pas voter pour lui (elle). Mais, les autres candidats auraient mené la même politique car, disent-ils, il n'y a pas d'alternative. On est dans l'impasse ; ceux qui disent le contraire sont des menteurs …

En réalité, il y a toujours une alternative. Mais elle implique un changement radical. Seulement quand on dit ça, les conservateurs agitent aussitôt l'épouvantail qui réveillera en nous la peur bleue de l'enfer, des catastrophes diverses et variées, du ciel qui nous tombera sur la tête et Cie.

Alors, ils nous tiennent. On se résigne une fois de plus et on vote pour eux. Et on continue de subir les effets de leur incompétence, de leur impuissance, de leurs injustices.

Et ils ne voient pas qu'à force, ils finissent par nous pousser à bout. Ils nous poussent au bout du bout du bout. Jusqu'au moment où on pète un câble. Et il y aura un moment où ce ne sera pas simplement un câble mais toute la courroie de transmission. Et là, il n'y aura plus moyen d'arrêter la machine.

Alors je pense qu'il est plus que temps de VRAIMENT s'assoir autour d'une table et d'échanger des idées, d'avancer de VRAIES solutions de rechange pour VRAIMENT améliorer la situation de tous. Mesdames et messieurs les gens de raison et de pouvoir, montrez-nous que vous en êtes capables. Ce serait à votre honneur.

Amen.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic - dans Prises de conscience
commenter cet article

commentaires