Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 15:13

 

 

 

L'exemple présenté en annexe nous donne une bonne idée du fonctionnement de l'économie régie par l'holocratie.
Les experts pourraient sûrement proposer d'autres modèles tout aussi valables, ou même meilleurs. Mais l'essentiel est de s'en tenir à la philosophie prônée ici.
Or, qu'est-ce qui transparait ?
La première chose qui saute aux yeux est qu'une entreprise – ou, plus génériquement, une unité de transformation –, est conçue pour garantir une certaine stabilité au niveau des salaires ainsi qu'un soucis constant d'éviter la pollution et les diverses nuisances qu'elle ne manque pas d'engendrer.
Il est à noter qu'un patron qui veut attirer à lui des employés, doit leur proposer des salaires globalement attrayants au niveau des 4 composantes de l'argent multidimensionnel sur lequel cette économie est basée. Autrement dit, il doit veiller à produire propre ; ne pas polluer, ou alors intégrer dans son cycle de production des programmes d'assainissement des eaux, du sol, de l'air...
Ensuite, la notion de profit n'est plus du tout au centre des préoccupations de l'entrepreneur. Un prix de vente est déterminé à partir d'une concertation intensive de tous les intervenants actifs et passifs concernés par le produit, et, à partir de là, l'entreprise s'engage à produire un certain nombre d'unités. Elle n'aura aucun gain supplémentaire si elle produit plus, car la somme virée en fin de mois n'en sera pas plus élevée. Cette somme est contractuelle.
Par contre, si l'entreprise produit moins, elle ne remplit plus son contrat, et celui-ci devrait alors éventuellement être réévalué.
Notons également qu'une réévaluation peut aussi être faite à la demande de l'employeur qui désire produire plus.
Ceux qui avaient voté la première fois seront consultés à nouveau pour chaque réévaluation.

Rappelons ici la formule générale (voir Annexe) qui sert à quantifier l'activité de chaque unité de transformation ou de traitement notée UT :

S = k * [P * (p + 1) – M * (m + v)] / E

 avec

P nombre d'unités produites
p prix de chaque unité
M nombre d'unités de matière première (ou équivalent) nécessaire
m prix de chacune de ces unités
v frais variables de fonctionnement à l'unité
E nombre d'employés
k coefficient ajusteur
S salaire moyen mensuel par employé

Il sort de ceci que S*E est la somme d'argent versée à l'UT en fin de chaque mois (la banque crée simplement cette somme sur le compte de l'entreprise).


précédent table suivant

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires