Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 17:30

 

L'autre jour, j'ai entendu chez Ardisson l'iconoclaste Michel Onfray, mélenchonien, athée, pourfendeur d'idées reçues et de fausses vérités historiques, déboulonnant ainsi de leur piédestal, les Freud, Sartre et autre Jésus, laissant la Boutin sur le c.., ahurie, ne sachant plus si elle devait quitter le plateau ou supporter autant de blasphèmes se déverser et gronder dans ses oreilles. Et Ardisson de surenchérir en la taquinant sur ses mœurs : elle, la catho, qui a épousé son cousin germain ; c'est pas joli-joli.

 

Mais revenons sur Onfray et son athéisme.

Il est temps pour moi de te révéler la Vérité, mon ami. Toute la vérité. Enfin tout ce que j'en sais (d'aucuns diront que c'est peu de choses, mais je te laisse juge ; et puis, pour moi c'est bien assez).

 

Depuis près d'un siècle, nos scientifiques ont évolué au point d'accepter des choses impensables auparavant. En effet, dans l'état actuel de nos connaissances (celles de nos têtes grises, pas des miennes), les particules subatomiques sont vues comme des ondes de niveaux d'énergie donnés qui ont la possibilité, par des jeux de collisions, de disparaître ou de se muer en d'autres particules... Dans ce monde subatomique, ce sont ces particules qui donnent la direction du temps et l'ampleur de l'espace. Ces particules sont des chouillas (ou quanta, pour faire plus noble) d'énergie qui vibrent et qui donnent l'illusion de matière.

Là, c'est important : l'énergie qui vibre donne l'illusion de matière !

Autrement dit, ces petits chouillas invisibles à l'œil nu, mais qui sont à la base de tout l'Univers, puisqu'ils vont se combiner entre eux pour faire des atomes, qui se combineront entre eux pour faire des molécules, qui se combineront entre elles pour faire la matière visible inerte autant que la matière vivante, hé bien, ces petits machins sont de l'énergie qui vibre et qui ainsi donne l'illusion de la matière. Tu rends compte ? (comme aurait dit Djamel)

Et ces petits trucs peuvent aussi disparaître (je l'ai déjà dit plus haut). Ils peuvent réapparaître, sortis du néant. D'ailleurs, le Néant... on ne sait plus trop comment on doit l'appeler (certains reviennent aux anciennes dénominations des alchimistes, parlant d'Ether), d'autres n'osent pas employer ce mot de peur de faire pas assez sérieux, alors ils s'empressent de dire que ce Néant n'est pas le Rien. Bon.

Du Néant surgissent donc le chouilla et l'anti-chouilla (fameux couple matière-antimatière). Et de là, l'Univers entier (nous y compris, bien évidemment).

Par conséquent, à notre échelle humaine, on peut dire qu'on est fait de vibrations. On est un paquet de vibrations en pagaille. Notre corps est fait de vibrations, mais aussi nos pensées et nos émotions. Tout. Car tout est basé sur ces chouillas.

Alors, il existe plusieurs niveaux de vibrations. Des plus petites aux plus grandes. Et dans cette palette, on peut en capter quelques unes ; nous avons développé des sens exprès pour ça : les yeux captent les vibrations de fréquences dites visuelles, les oreilles captent celles des fréquences auditives, et ainsi de suite. Mais il existe bien d'autres vibrations qu'on ne capte pas et puis d'autres dont on n'a pas conscience qu'on les capte (conscience collective ? Pourquoi pas).

Partant de là, on a finalement quatre manières de réagir :

  1. on n'y croit pas : on nie tout en bloc ;

  2. on y croit : on gobe tout en bloc ;

  3. on ne sait pas, mais on aimerait bien savoir ;

  4. on ne sait pas, mais on ne veut pas savoir (ce qui revient à tout nier).

Quand on ne croit pas, on se brime, on s'auto-mutile, on se coupe du monde... on souffre à cause du non-sens de la vie. Mais, on s'est construit ce non-sens. En fait, c'est une auto-mise en abîme.

Quand on croit, on a besoin aussi d'une histoire qui explique tout, avec un début, un milieu et une fin. On veut que quelqu'un ait créé tout ça, et on accepte d'en être la créature, puis on veut que ce Père Créateur soit bon et qu'il nous conduise vers un havre de paix. On crée toute une hiérarchie autour de ce Père avec son armée d'anges et d'archanges. Et comme il y a plusieurs conteurs, il y a aussi plusieurs histoires. Elles se ressemblent par endroits, et se distinguent à d'autres endroits.

Ces histoires ont le pouvoir d'unir les gens. Elles sont le socle d'une croyance commune. C'est là tout l’intérêt de la chose. Et puis elles ont toutes en commun la prière. La prière et un instrument fort. Car c'est une vibration qui entre en résonance avec les prières des autres. Et, du coup, ce qui était notre création d'esprit, devient une réalité. C'est la réalité de toute la communauté de croyants.

Tu comprends ? C'est le fait d'y croire qui fait que c'est vrai.

Pour ceux qui ne savent pas (les agnostiques), le bouddhiste apporte une réponse plutôt habile. Il dit : “assieds-toi et cesse de penser”. Laisse un peu toutes ces vibrations se décanter et tu y verras bien plus clair. Rester dans l'instant est finalement la véritable réalité. Le reste, ce sont des projections.

 

Et puis, en définitive, ce qu'on veut c'est d'être heureux (Michel Berger). Alors, pour être heureux, il faut et il suffit de faire vibrer le bonheur en soi et autour de soi. Il faut se mettre dans les conditions propices au bonheur. C'est aussi con que ça. On peut appeler ça “méthode Coué” ou “pratique bouddhiste”, peu importe. On peut être croyant (ça aide) ou athée (c'est plus ardu), dans les deux cas, on agira pour trouver son bonheur.

Mais on n'y arrivera pas toujours. Pourquoi ? Hé bien, on n'y arrive pas quand on n'est pas en phase avec ce qui nous entoure. Encore une histoire de vibrations.

Médite un peu là-dessus.

Amen.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic - dans Arrêt sur image
commenter cet article

commentaires