Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 17:26
Suite aux nombreuses discussions que j'ai eues et qui ont débouché sur un sentiment d'incompréhension, j'ai éprouvé le besoin de faire la petite mise au point que voici :

Tu veux être juste ? Alors, oublie la politique et tes idées préconçues.
Je te demande aussi d’être intellectuellement honnête et simplement de suivre mon raisonnement.
 
Pour être juste, il faut admettre le principe de base qui est que nous sommes tous libres d’exister et de penser, les uns autant que les autres. Je me dois de respecter les autres autant que j’attends de leur part de me respecter. Ça, c’est le point de départ.
Après, il y a le besoin de s’intégrer à un groupe. Dès lors, peuvent apparaître de multiples règles qui, quand elles sont acceptées, donnent un système cohérent et harmonieux, même s’il est basé sur une forte hiérarchie. De même que, même s’il est permissif et égalitaire, il peut être vécu comme un enfer d’où on voudra sortir.
Donc, ce n’est pas le système en soi qui est bon ou mauvais. Mais on doit se poser la question : « suis-je prêt à accepter tel ou tel système ? »
Or, construire un Etat, au sens où on le propose actuellement, c’est aliéner d’emblée une partie des gens.
Quelle est la légitimité d’un Etat ? Il est choisi par la majorité (en démocratie, pour les autres, n’en parlons même pas). Donc, la minorité, qui commence, en théorie, à partir de 49,999%, est obligée de subir ce qu’elle n’a pas choisi.
Par conséquent, il faut, avant tout (en toute logique, mais ça ne concerne pas le politicien) constituer un « méta-système » (une espèce d’enceinte invisible contenant l’ensemble de la population), qui n’a aucune couleur politique – absolument neutre – et où chacun est a priori libre, avant de s’engager dans un ou plusieurs groupes au sein du ou desquels il acceptera les règles qui y sont établies.
Notre société, ce serait le méta-système, et à l’intérieur, il y aurait autant de groupes qu’on voudra. Ces groupes seraient forcément hétéroclites, car chacun conçoit la société idéale à sa façon. Et, a priori, il a le droit.
Maintenant, si on considère le groupe comme une entité à part entière, on peut lui appliquer le même principe de base que pour l’individu : liberté de penser et d’exister comme il veut, dans la mesure où il respecte les autres.
 
Voilà. Ce n’est que de la logique basée sur un principe d’égalité et de liberté.
Après, il faut aller un cran plus loin et se poser la question : que se passe-t-il au sein d’un groupe si un certain nombre d’entre les individus veut prendre plus de pouvoir que « prévu » ou « autorisé » ou « accepté » par les autres ? Et la même question se pose au niveau de la société : que se passe-t-il si un des groupes veut soumettre les autres ?
Si on veut rester cohérent, ce serait le début d’une grave erreur que de mettre en place une forme de police qui va « veiller à ce qu’il n’y ait pas de débordements », car ce serait le début de la fin de ce beau système égalitaire.
Que reste-t-il donc ?
 
De mon côté, je ne vois rien d’autre que ce que je propose dans l’holocratie.

Partager cet article

Repost 0

commentaires