Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 20:14

Horia: Moi, je pense que les problèmes proviennent de la stratégie de groupes d'individus consistant à raréfier l'énergie, donc tout ce qui est vital pour l'humanité. Cela devient rare, soit parce que c'est une réalité, soit cela est fait de manière artificielle. Et, dans tous les cas, notre groupe d'individus prend le pouvoir et devient une oligarchie qui peut évoluer dans un monde démocratique comme autocratique, indifféremment. Car, pour eux, les données sont les mêmes, et le résultat aussi.

Dragan. Complètement d'accord avec ça. Mais comment résoudre le problème ?

Horia: Il suffit d'inonder le marché d'énergie illimitée. Si elle est toujours disponible, personne ne peut plus se l'approprier pour la vendre.

Dragan: Ça ressemble beaucoup à quelque chose que j'ai déjà vu par ailleurs… mais regarde: l'énergie solaire est disponible en quantité illimitée, pour autant, c'est quelque chose qu'il faut transformer, stocker, acheminer… si bien que, malgré sa disponibilité, on trouve le moyen de la rendre payante. Et même, dit-on, que cela coûte plus cher que l'énergie nucléaire (qui, par ailleurs, présente des dangers de stockage de déchets qu'on ne veut pas prendre en compte).

Horia: Si on accepte le projet dont je parle, l'énergie serait gratuite, ainsi que toute chose. En fait, l'argent n'existerait plus.

Dragan: Ah ?! Et qui dirigerait un tel monde ? et quelles seraient les motivations des gens pour y vivre ?

Horia: Personne. La gestion se ferait à l'aide de machines intelligentes capables de faire les meilleurs choix pour nous, et on n'aurait plus qu'à profiter de la vie.

Dragan: Je ne voudrais pas te décevoir, mais je vois là deux gros problèmes. D'abord, si les machines prennent des décisions à notre place, nous devenons une société robotisée où l'humain ne peut être qu'un élément perturbateur qui n'aura qu'à bien se tenir pour que la société parfaitement optimisée continue de tourner correctement. Et ensuite, je ne vois pas où serait le bonheur des humains là-dedans, si ce n'est qu'ils auraient un ennemi à combattre...

Horia: Ils seraient débarrassés de toutes les corvées, et n'auraient plus qu'à s'occuper de choses qui leur font plaisir. C'est l'idéal. Que peut-on espérer de mieux ? Quant au fait que ce sont les robots qui dirigent les choses, ce n'est pas tout-à-fait vrai. Ce sont les humains qui les programment et, donc, ce sont eux qui ont le dernier mot.

Dragan: Si tu n'étais pas un ami, j'aurais coupé court à cette discussion, parce que, pour le coup, c'est plus que tordu. Sans vouloir te vexer, ça ressemble à un mauvais film de science fiction. Comment peux-tu croire une seconde que ça marcherait ? Et surtout que ce serait là un monde idéal ?

Horia: Je ne comprends pas ce que tu ne comprends pas.

Dragan: Mais c'est évident. Soit on est tous à la merci des robots, soit on crée des strates entre les individus où certains, les experts en robotique et en informatique, seraient d'une classe élevée, tandis que les autres devraient se soumettre.

Horia: Pourquoi se soumettre ? On ne travaille pas contre eux.

Dragan: Le communisme est une idéologie naïve parce qu'il est basée sur une vision, celle de l'égalité entre les individus. Et, en règle générale, toute société basée sur une idéologie ou un dogme, l'est également. Et la tienne en fait partie. Mais, cette naïveté cache quelque chose de beaucoup plus grave : c'est l'exclusion de tous ceux qui ne veulent ou ne peuvent pas y participer. C'est donc fatalement une dictature, où tu marches ou tu crèves.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic - dans Vos commentaires
commenter cet article

commentaires