Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 19:19
 

Nous avons vu – nous le voyons tous les jours un peu plus – que la démocratie n'est pas la réponse la plus appropriée à l'organisation d'une société épanouie et égalitaire, car elle est basée sur la hiérarchie. C'est d'ailleurs en ce sens qu'elle ne diffère pas fondamentalement des théocraties et autres autocraties. Une démocratie peut aisément virer à la dictature (rappelez-vous du « ce n'est pas la rue qui gouverne »; c'est révélateur). Mais, le communisme – qui se voulait égalitaire par excellence – ne l'est pas plus car, là encore, il est basé sur un modèle faussement fraternel, où certains camarades ont des droits que le autres n'ont pas. Ce n'est pas parce qu'on appelle le chef « camarade » qu'il sera moins chef. Au contraire. Il voudra montrer qu'il est un camarade plus puissant que d'autres...

Par réaction, il s'est créé un mouvement qui veut rejeter tout cela en bloc en criant « ni dieu ni maître ». C'est l'anarchie. La hiérarchie y est ouvertement bannie. Et dans la foulée, on refuse également la soumission à un quelconque culte.

Mais si on regarde les idées anarchistes de façon neutre, on constate qu'elles sont très proches du communisme. Par conséquent, elles n'ont pas plus de chance de nous convenir.

L'holarchie est le juste milieu.

Mais, attention ! Seulement à condition qu'on n'en fasse pas un modèle. Car un modèle implique toujours une structure plus ou moins rigide, engendrant des contraintes plus ou moins fortes.

Alors, comment organiser une société sans en définir la structure ? A quoi peut bien ressembler une holocratie ?

Je suis d'avis que si on définit les règles de base qui régiraient une société et sur lesquelles on devrait tous être d'accord, le reste se fait tout seul. Et le mot holocratie ne désignerait que la résultante d'une telle société. Un peu comme un hologramme est la résultante en 3D de la projection de plusieurs images en 2D. On ne définit pas la structure de l'hologramme, mais simplement l'angle de projection des images.

Ceci posé, je me permets de proposer 3 règles de base (sujettes, bien-entendu, à discussion) et qui, selon moi, permettraient de construire une société holocratique digne de ce nom.

Ces 3 règles, les voici :


  1. transaction holocratique
  2. potentiels de nuisance et limites infranchissables
  3. argent multidimensionnel

 

transaction holocratique

Ceci a déjà été mentionné dans ce blog : il s'agit des transactions sans vendeur. Les transactions sont basées sur ce qu'on pourrait appeler la valeur intrinsèque d'un produit. Le produit est lui-même détenteur de sa valeur et aucun vendeur ne vient s'enrichir en le distribuant. Vendre n'existe pas. Acheter existe. Ainsi, l'argent sort de la poche de l'acheteur, mais il n'entre dans aucune autre poche. Il est perdu. Consommer signifie simplement brûler l'argent (pour en créer, il faut travailler).

Cette idée n'est pas complètement nouvelle. L'écosociétalisme en fait également sa pierre angulaire. Ceci dit, c'est une idée tout bonnement géniale, qui mérite qu'on la prenne sérieusement en considération.


potentiels de nuisance et limites infranchissables

Le type de transactions dit holocratique est nécessaire, afin de réduire les disparités sociales, mais pas suffisant. Il est, en effet, essentiel d'y ajouter une série de gardes-fous qui empêcheraient ceux qui seraient tentés, de sortir du cadre.

Les barrières proposées partent du principe que toute activité humaine est potentiellement nuisible soit à l'environnement, soit à la société (ou une ethnie ou un groupe) soit aux autres individus et doivent viser à éviter tout débordement.

Ainsi, il faut d'abord définir les principales sources de nuisance et mettre en place un mécanisme pour les maintenir dans l'ordre du raisonnable. On aurait donc un mécanisme qui empêcherait de franchir des seuils au-delà desquels des individus, des groupes ou l'environnement seraient considérés comme mis en danger. Ceci peut se faire à l'aide de la 3ème proposition.


argent multidimensionnel

Le mécanisme dont il est question peut être implémenté à travers la définition de l'argent elle-même, ajoutant à ce-dernier autant de dimensions supplémentaires qu'il est nécessaire afin de rendre compte de tous les types de nuisance que l'on veut voir contrôlées.

A priori, il suffit pour cela de 4 dimensions qui se traduiraient par un compte en banque à 4 valeurs positives. La première serait la mesure de l'effort accompli dans notre activité, les trois autres représentant les bonus qu'on gagnerait pour s'acquitter des nuisances que l'on ne manque pas d'infliger aux individus, aux groupes et à l'environnement.

Toute activité officielle tendrait à faire évoluer au moins l'une de ces 4 valeurs, et le banquier veillerait à ce qu'aucune ne passe dans le négatif ou au-delà d'un seuil considéré comme infranchissable, car potentiellement dangereux (proposition 2).

Cela nous obligerait à plus d'humanité et plus de respect pour la nature, afin d'obtenir des bons points dans ces domaines.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Brkic 22/05/2009 14:57

Evo prijatelje citam tvoj clanak.
Nismo daleko u smislu.
Gde zivis ?

Dragan Matic 05/06/2009 19:30


Oprosti sto ti nisam do sada odgovorio (bio sam na odmoru).
Pa i ja sam pomislio da se krecemo u istom smreu; zbog toga sam ti se javio.
Zivim u Nemacku, a pre toga sam bio 30 god. u Parizu. Tako da mi je naj lakse kad pricam francuski.
Hajd' pa se cujemo.