Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 11:54

Dans la société idéale de nos grand-parents, les jeunes respectaient leurs ainés et, bien-entendu, leurs parents. Ils écoutaient leurs aïeux et le prêtre et toutes les instances morales, juridiques et politiques supérieures. L'ordre social se maintenait ainsi de lui-même. A condition, bien-sûr, que chacun restât à sa place.

Or, souvent, “rester à sa place” signifiait “subir des injustices et les accepter sans broncher”. Et c'est ainsi que, lentement mais inexorablement, les “instances supérieures”, vu qu'elles avaient le pouvoir, finissaient par en abuser.

 

Il y a un peu plus de 200 ans maintenant, la démocratie a reconnu que cette structure sociale – trop hiérarchique – ne pouvait mener qu'à un déséquilibre et qu'il fallait trouver autre chose. Alors, elle a introduit la notion de séparation des pouvoirs, arguant que si 3 groupes différents agissaient de façon indépendante les uns des autres, un équilibre de fait se maintiendrait. Et on a inventé le législatif, le juridique et l'exécutif. Le législatif, c'est le parlement qui fait les lois ; l'exécutif, c'est les flics qui mettent en prison ceux qui enfreignent ces lois ; et le juridique, c'est ceux qui disent combien de temps ces contrevenants doivent rester en prison.

Et puis, comme on doit faire jouer un rôle au peuple, on lui a dit que c'est lui qui devait voter pour élire le président. Le peuple vote donc pour un président qui forme un gouvernement qui prpose des lois. L'exécutif agit pour qu'elles soient respectées en amenant aux juges ceux – tous ceux, en théorie – qui contreviennent à ces lois. Et les juges les appliquent en condamnant ces-derniers à des amendes et/ou des peines de prison.

Mais, au fait : où est donc la séparation des pouvoirs dans cette histoire ? L'exécutif est aux ordres du ministre de l'intérieur qui est aux ordres du premier ministre qui est aux ordres (plus ou moins) du président. Là déjà, on nous a bernés. Si on avait voulu aller jusqu'au bout de la logique, on aurait permis au peuple d'élire le ministre de l'intérieur d'une part, et le ministre de la justice (en plus des députés) d'autre part. Et ce, de façon indépendante … mais, rassurez-vous, ça n'aurait pas marché non plus. Car, ce qui joue contre nous, quel que soit le système que l'on mette en place, c'est la logique.

La logique, c'est le ver dans le fruit. C'est ce qui bouffe le système de l'intérieur. Petit-à-petit il grignote tout, et finit par tout nous pourrir. Or, la logique qui s'est mis en place nous vient de la notion d'argent qu'on a acceptée, avec toutes les règles associées qu'on connait. Cela a mené à la logique du profit.

 

Dès lors que la logique du profit devient le moteur de la société, plus rien ne lui résiste. Aucune morale, aucune loi, aucun garde-fou ne permettent de la contenir dans le domaine du raisonnable. C'est la logique du profit qui nous a menés là où nous sommes, dans un monde globalisé, ultra-libéralisé, en crise permanente, sans respect ni pour l'humain, ni pour l'animal, ni pour le végétal.

La logique du profit nous désensibilise. Elle nous rend cynique et arrogant. Et comme c'est une logique, on est capable de lutter – donc de tuer – en son nom.

Tant que la logique du profit sera le principal argument pour justifier nos décisions, nos actions, nos exactions … le monde restera ce qu'il est.

 

Or, il est possible de penser autrement. Mais il faut s'en donner les moyens. Il faut comprendre le fond des choses, les racines du problème. Puis, lentement, élaborer dans sa tête une autre vision du monde. Et surtout trouver des mécanismes qui ne déboucheront pas sur la logique du profit mais, par exemple, sur celle de l'humain d'abord, sur celle de l'environnement d'abord, puisque c'est dans l'environnement que l'humain vit …

Alors, réfléchis. Invente un monde meilleur.

De mon côté, je propose un truc que j'appelle holocratie. A toi de voir si ça te parle ou si tu peux faire mieux. Mais fais.

Fais.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires