Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2015 1 20 /04 /avril /2015 17:20

Hiatus: de façon générale, un hiatus est une sorte de changement de cap, un comportement nouveau qui contraste avec l’ancien. Si t’es un matheux, tu peux considérer une fonction comme f(x)=1/x et regarder ce qui se passe autour de x=0. Juste avant 0, la fonction f(x) est nettement négative alors que juste après, elle est nettement positive ; entre les 2, il y a un hiatus.

Dans le domaine spirituel, on parle d’illumination, de satori, etc. Pour Archimède, cela s’est manifesté par son fameux « Eureka ! ». Les anglo-saxons parlent de « l’effet ah-ha ». D’un moment sur l’autre, notre entendement change du tout au tout : avant, on ne comprenait pas et, d’un coup, tout devient limpide.

Mais on peut aussi parler de hiatus entre deux groupes qui ne sont pas « sur la même longueur d’onde ». Les uns suivent un raisonnement, les autres n’entravent que dalle, parce qu’ils sont dans une toute autre logique.

Le gros problème que je vois, c’est quand la majorité d’entre nous est dans une logique que je qualifierais « d’autruchienne » : la tête dans le sable pour ne pas voir. Je ne jette pas la pierre, car nous en sommes tous là. Nous sommes tous le résultat de ce que nous rabâchent les media, les bouquins, les profs, les parents, les potes, etc. Je me souviens que dans ma jeunesse je considérais que la science expliquait tout et, comme elle disait que le monde était déterministe et qu’elle ne voyait pas l’utilité de parler de dieu, j’étais persuadé que tout être sensé, avec un peu de jugeote, ne pouvait être qu’athée… jusqu’au jour où j’ai rencontré un gars intelligent ET chrétien en même temps ; je n’en revenais pas.

Alors, le hiatus que je vois dans la société actuelle, c’est que les uns causent et les autres n’en ont cure. C’est « prêcher dans le désert », « parler à un mur » ou « pisser dans un violon »… tu peux choisir l’expression qui te parle le mieux.

L’antidote : il faut que tu fasses des efforts. Essaie de ne pas tout de suite cataloguer ton interlocuteur au moindre de ses propos et essaie de ne pas réagir par des phrases toutes faites.

Je ne donnerais qu’un exemple : si je dénonce les inégalités sociales, il ne faut pas réagir mécaniquement en disant « oh la-la, le po-pu-liste ! ». Et puis ne répète pas, comme on te le souffle à longueur de temps, « il n'y a pas d'alternative », « c'est une dangereuse dérive qui ne peut mener qu'à des catastrophes » ou « on n'est pas dans le monde des bisounours ».

Toutes ces phrases préformatées ne sont là que pour t'éviter de réfléchir et pour te garder bien dans l'enclos.

Alors, y a-t-il hiatus entre nous ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires