Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 16:41

Voici un extrait du célèbre film “I comme Icare” de Henri Verneuil , avec Yves Montand ( 1979 ):

 


I comme Icare Milgram par PPPlazaref

 

  • vous croyez sérieusement que ces chocs électriques vont aider M. Rivoli à améliorer sa mémoire ?

  • La mémoire de M. Rivoli ne représente ici aucun intérêt. Ce qui nous intéresse c'est la capacité d'obéissance de M. Despaul; sa soumission à l'autorité. L'autorité pour M. Despaul, c'est le cadre de cette université, le professeur Flavus, moi-même et nos blouses blanches qui sont le symbole de cette autorité. Nous venons de lui imposer un code de punition à infliger à une victime qui ne lui a rien fait. Jusqu'où va-t-il obéir à cet ordre imbécile et révoltant que nous venons de lui donner ? Tout le problème est là.

  • Mais enfin, il ne va toute même pas aller comme ça jusqu'à 450 Volts.

  • Je n'sais pas. Voyez-vous, il est évidant qu'à partir d'un certain moment, M. Despaul va devoir affronter un problème. D'un côté, sa soumission à l'autorité, exécuter la mission qui lui a été confiée, de l'autre sa répugnance à faire souffrir sa victime. Despaul va être progressivement secoué par un conflit intérieur presque insoutenable. Pour se tirer de cette situation, il devra rompre avec l'autorité et désobéir. C'est l'instant de cette rupture que nous étudions.

  • Regardez bien. Despaul essaie de réduire son conflit intérieur en aidant sa victime.

  • Ah, ben. Si ce conflit lui est tellement insupportable, pourquoi ne s'arrête-t-il pas ?

  • S'il s'arrête, il reconnaît implicitement qu'il a eu tort d'aller jusque là. En continuant, il justifie tout ce qu'il a fait jusqu'à présent.

  • Considérez son silence comme une erreur et envoyez-lui 180V

  • Mais il va pas bien du tout. Faudrait peut-être arrêter.

  • Je prends sur moi toute la responsabilité.

  • Si vous prenez la responsabilité …

  • … dès que la cohérence du système hiérarchique disparaît, dès qu'il y a désaccord au niveau de l'autorité, le sujet en profite pour arrêter d'obéir.

  • Vous avez beaucoup de sujets qui sont allés jusqu'à 405V ?

  • En moyenne, 63% des sujets sont obéissants. C'est-à-dire qu'ils acceptent totalement le principe de l'expérience et vont jusqu'à 450V.

  • Ce qui signifie que, dans un pays civilisé, démocratique et libéral, les 2/3 de la population sont capables d'exécuter n'importe quel ordre émanant d'une autorité supérieure.

  • Oui. Mais, dans le cas d'un génocide, par exemple, quand un tyran décide de tuer 5-6 millions d'hommes, de femmes, d'enfants, il lui faut au moins un million de complices, de tueurs, d'exécuteurs. Comment arrive-t-il à se faire obéir ?

  • En morcelant les responsabilités. Un tyran a besoin avant tout d'un Etat tyran. Alors il va recruter un million de petits tyrans fonctionnaires qui auront chacun une tâche banale à exécuter. Et chacun va exécuter cette tâche avec compétence, et sans remords, car personne ne se rendra compte qu'il est le millionième de l'acte final. Les uns vont arrêter les victimes ; ils n'auront commis que de simples arrestations. D'autres vont conduire ces victimes dans des camps ; ils n'auront fait que leur métier de mécaniciens de locomotives. Et l'administrateur du camp ouvrant ses portes n'aura fait que son devoir de directeur de prison. Bien entendu, on utilise les individus les plus cruels dans la violence finale. Mais, à tous les maillons de la chaine, on a rendu l'obéissance confortable.

  • l'argent n'a rien à voir là-dedans. J'obéis à une autorité lorsque je respecte cette autorité et que je l'accepte. C'est tout.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires

Anonyme 20/01/2015 07:58

Achod Malakian, alias Henri Verneuil, nous dit dans Mayrig : "je suis de la religion qui ne dit pas du mal des autres".
C'est beau, non ?