Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 15:26

C'est fou les phobies qu'on peut avoir. Tu connais « l'anuptaphobie »  ou « l'apopathodiaphulatophobie » ? ou encore « la coulrophobie » ou « l'hexakosioihexekontahexaphobie » ? …

 

L'arachnophobie est la peur des araignées.

M. ou Mme X, qui en souffre, est considéré-e comme malade et peut, soit vivre avec, soit chercher à se soigner. Vivre avec, signifierait pour X d'éviter ces bestioles ou de faire en sorte qu'il n'y en ait plus dans son entourage. Mais, c'est juste ajourner le problème.

Si, par contre, X décide de se faire soigner, il ou elle aura à creuser dans son moi le plus profond, afin de trouver ce qui a causé cette phobie, pour constater que cette peur irrationnelle, après explication, n'a plus lieu d'être.

On peut imaginer qu'une proposition comme « on va casser de l'araignée », puisse combler M. ou Mme X de joie, si ce travail de « désensibilisation » à la phobie n'a pas été fait. Mais on est obligé d'admettre que la joie de X dénote un virage assez sévère dans le racisme. Même si ces petits ou grands arachnéens peuvent paraître hideux pour certains, voire dangereux (la piqure de certaines mygales, par exemple, peut être mortelle), l'attitude de M. ou Mme X est celle de l'intolérance.

 

Prenons maintenant l'acarophobie ; la peur des parasites de la peau. T'imagine ? Des milliers et des millions d'acariens qui viennent t'envahir et te bouffer l'épiderme. Il y a de quoi paniquer ou du moins s'inquiéter et vouloir se débarrasser de ce mal qui ronge sans jamais s'arrêter.

Mais, pour te défendre, veux-tu te livrer à un massacre des acariens ? Un génocide ? Les éliminer jusqu'au dernier ? …

 

Dans toute situation défavorable, il y a un problème qu'il faut savoir résoudre. Mais il y a des différences dans les solutions qu'on choisit. Il faut voir que certains problèmes naissent simplement d'une peur irrationnelle et que d'autres viennent de faits divers qu'on généralise en les amplifiant et en faisant vibrer cette corde de l'irrationalité qu'est la peur et qui là en chacun de nous.

C'est sûr qu'il y a aussi des situations où la gentillesse de certains peut conduire à l'abus de certains autres et que cela pousse à un déséquilibre en faveur de ceux qui ont abusé. Dans ces conditions, une colère peut naître qui se muera en violence.

Il y a tellement d'exemples de conflits dans le monde d'hier comme d'aujourd'hui qui sont la preuve de notre immaturité face à ces problèmes. Les guerres passées ne nous ont rien appris. On retombe sans cesse dans ce même schéma de fonctionnement. On tombe et on retombe dans l'irrationalité. Parce qu'on laisse vibrer en nous cette colère et cette haine. On lui laisse libre-cours. Et on ne répond plus des atrocités commises.

Celui qui massacre a toujours de « bonnes raisons ». Mais il n'est jamais raisonnable.

La victime peut avoir des torts, mais jamais au point d'être massacrée.

Tentons de devenir plus raisonnables et plus responsables.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires