Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2014 3 20 /08 /août /2014 18:02

Pour Jean-Jacques Lebel « il n'est d'art qu'insurrectionnel ».

J'ai parcouru son exposition pour tenter de comprendre ce qu'il voulait dire par là et … j'ai vu.

En fait, il s'engouffre dans une considération plutôt réductrice et déformante de ce qui pourrait être l'art. Il confond la provocation, le militantisme et parfois la vulgarité avec l'art.

Mais, qu'est-ce que l'art ?

Et l'art, existe-t-il réellement ?

 

Surfant sur la toile, je suis tombé sur ce qui serait une citation d'André Malraux (souvent, quand on veut faire passer une idée, on l'attribue à une personnalité pour lui donner plus de poids, alors mef) : « L’œuvre d'art répond à cette définition aussi facile à énoncer que difficile à comprendre : avoir survécu »

Bon, alors même si derrière cette petite phrase, il y a une idée intéressante, à savoir que, finalement, l'art, pour son auteur est quelque chose qui a résisté au temps, et même si c'est Malraux qui le dit, c'est un peu léger. D'après l'auteur de cette belle petite proposition, l'art ne serait donc qu'une chose pour laquelle on ne peut se prononcer sur le moment mais uniquement après un certain délai mal défini. Ça laisse supposer que l'œuvre passe par plusieurs étapes. La première étant de se faire connaître d'une façon ou d'une autre. Et ensuite, après avoir percé, de tenir les masses qu'elle a soulevées en éveil sur une durée plus ou moins longue, voire, idéalement, infinie.

 

Il y a de l'idée, mais laisse-moi plutôt te dire comment je vois les choses.

Tout d'abord : l'art est subjectif. Mon chien, qui est pourtant plus intelligent que ma concierge, n'aime pas du tout Marc Chagall, alors que cette-dernière ne jure que par lui.

Et puis, c'est aussi une histoire de communication. L'auteur raconte quelque chose et veut être entendu. Alors, entre l'auteur (la source) et la cible (ses lecteurs, ses auditeurs, ses spectateurs, etc.), il y a sa création qui est une forme d'expression.

Tu me diras, le publicitaire et le politicien communiquent aussi. Est-ce de l'art pour autant ?

Bonne question !

Je dirais même qu'avec cette question, tu as exactement défini ce qu'il en est.

Car tout dépend de la façon dont tu te places. Si tu te mets bien en face de la pub et la prends en pleine poire, tu n'es qu'un gogo qui se fait manipuler. Mais, si tu observes et analyses le mécanisme par lequel ce satané publicitaire a su te mettre dans sa poche, ton rictus et ton air admiratif me révèleront que tu es en face d'une œuvre.

L'art de manipuler les gens, l'art d'obtenir leur consentement ou l'art de les faire rire ou pleurer ou t'applaudir … voilà ce dont il est question. Plus tu sais le comment de la chose, plus tu es à même d'en apprécier l'art. Et moins tu en sais, plus tu fais partie du « bon public » (celui qui paie et fait vivre l'artiste).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires