Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2014 7 30 /03 /mars /2014 11:50

Dernièrement, j'ai repensé à une scène du film “Rendez-vous au paradis” de et avec Albert Brooks et avec Meryl Streep.

Pour ceux qui ne l'auraient pas vu, un bref récapitulatif (c'est pas un chef-d'œuvre, mais il y a une scène qui m'interpelle …) : c'est un gars qui se retrouve dans une sorte de purgatoire (la Cité du Jugement Dernier) après un accident mortel et tout le thème tourne autour de ce jugement des actes et comportements des protagonistes.

Et donc, la scène qui m'a marqué : le personnage principal est devant ses juges qui lui reprochent son rapport à l'argent ; il n'a pas correctement négocié son salaire, ce qui les a entrainés, lui et sa famille, à vivre plus chichement qu'ils n'auraient dû.

Voilà. J'ai pensé : ça c'est typiquement américain ; on te tient pour responsable de ton niveau de vie ; si t'es pas riche, c'est de ta faute ; t'avais qu'à mieux négocier ; t'avais qu'à te battre pour obtenir plus … En fait, il y a du vrai là-dedans. Mais il y a aussi du faux.

 

Observons la chose suivante : personnellement, une fois de temps en temps, je peux dégager mille euros sur mon compte et les mettre de côté, sans trop en subir de conséquences sur mon train de vie. Si les 1000 € sont faits de 10 billets de 100 et qu'on les mette en liasse, on aurait une épaisseur d'environ 1mm. Donc, si j'économise, au bout d'un certain temps (mettons 2-3 ans), j'aurais une liasse de 1cm. Si je continue pendant 20-30 ans, arrivé à la retraite, j'aurais en théorie, un paquet de 1m de haut. Mais, rassure-toi, je ne suis pas si économe et en plus, les aléas de la vie font toujours que, de façon imprévue, tu sois obligé d'entamer ce que tu as mis si longtemps à accumuler … et, si en théorie, je pouvais arriver avec grand peine à faire un tas de 1m, dans la pratique, ça tourne autour du centimètre.

Bon, je sais qu'il y a des gens qui m'envient déjà à ce niveau là. Ceux-là sont contents quand ils se hissent à 1mm … et d'autres encore ne peuvent qu'en rêver.

Maintenant, si on regarde la plus grosse fortune mondiale actuelle, et qu'on fasse le même type d'empilement, on arriverait à une colonne qui ferait 50km de haut. Pour un gars comme ça, 1mm ou 1cm, vu du haut de ses 50km, c'est comme essayer de faire la distinction entre un microbe et un virus. En fait, il ignore les deux avec le même dédain. Sauf quand ils se mettent en bande pour l'aggresser (à l'instar des microbes ou des virus qui attaquent notre corps).

L'erreur qu'on fait tous, c'est de tracer un trait avec des graduations et de placer des marques dessus : moi, je suis à 1cm, untel en est à 5, tel autre, joueur de foot, atteint allègrement les 10m tous les ans … et puis, il y a ce gars qui culmine à 50km. Et, de temps à autre, un énergumène nous sort, pour nous ramener sur cette échelle de valeurs : « si t'as pas ta Rolex à 50 piges, t'as raté ta vie ».

Dans la vrai réalité, c'est pas comme ça qu'on doit faire. En vrai, on a chacun son chemin de vie. On a ses buts à soi, ses combats à mener et on doit chercher à s'améliorer (ou pas) dans son propre environnement. Les luttes qu'on mène, c'est pour soi et vis-à-vis de soi. Il n'est écrit nulle part, que je dois avoir ceci ou cela à tel moment de ma vie.

Mais, la société de consommation dans laquelle on est plongé a intérêt à nous maintenir dans cette erreur-là. (Quand je dis, la société de consommation, je pense à ceux qui en tirent un maximum de profit, donc ceux qui vont chercher à empiler des mètres et des kilomètres).

 

En fait, on vit dans un monde où l'erreur est omniprésente. On simplifie tout en intégrant les choses complexes dans des modèles unidimensionnels : le bien et le mal, le dieu et le diable, le surhomme et la bête, le riche et le pauvre, etc.

Et surtout, on essaie d'homogénéiser en aplanissant.

Je m'explique.

Quand on regarde une mappe-monde, on voit l'Europe au centre, les Amériques à gauche et, loin sur la droite, le Japon. Les USA ont, pour leur part, une carte avec leur pays au centre et le Japon, puis une partie de la Russie, à gauche. Pour les Australiens, le Japon est au-dessus alors qu'à gauche, c'est le Madagascar et à droite, le sud de l'Amérique du Sud. Chacun a une perspective différente du même monde. Du coup, chacun le voit différemment.

La chaise que je vois est, fondamentalement, la même que celle que tu vois (à supposer qu'on soit dans la même pièce), mais, même si tous les 2, on la nomme « chaise », elle ne sera pour toi jamais la même que pour moi, car je la vois avec mes yeux et toi avec les tiens. Homogénéiser, c'est, tous les 2, l'appeler « chaise » tout en sachant que nous la voyons différemment. Le problème, c'est justement qu'on oublie que nous la voyons différemment.

Le gars qui doit gérer sa colonne de 50km ne voit pas du tout le monde de ma même manière que moi qui mesure l'argent en mm. Seulement, voilà, avec le pouvoir que cette colonne lui a donné, il m'impose son monde à lui.

Le piège, c'est de l'accepter tel que, lui, il veut me l'imposer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Dragan Matic
commenter cet article

commentaires